Evènement de clôture du projet Mobi-TRE «Hajti Bik»

[COMMUNIQUÉ DE PRESSE]

Tunis, le 29 novembre 2022

Le 30 novembre auprès du Siège du Centre de la Promotion des Exportations de la Tunisie (CEPEX) à Tunis et transmis en direct streaming sur la page Facebook de Hajti Bik, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) en Tunisie organise l’événement de clôture du projet Mobi-TRE « La migration en tant que ressource : mobilisation de la diaspora tunisienne et stabilisation des communautés défavorisées en Tunisie». En présence du Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, M. Nasreddine Nsibi, et de l’Ambassadeur d’Italie, M. Fabrizio Saggio, cet événement réunit les représentants des partenaires gouvernementaux ayant contribué à l’initiative, des bailleurs de fonds, de la communauté internationale, de la diaspora tunisienne en Italie et des entrepreneur.e.s bénéficiaires du projet.

Le projet Mobi-TRE, mis en œuvre par l’OIM et financé par l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement (AICS), a voulu contribuer au développement économique des régions du Nord-Ouest et du Sud-Est de la Tunisie, à fort potentiel migratoire, à travers la mobilisation et l’engagement des membres de la diaspora tunisienne, plus particulièrement celle établie en Italie.

« Parmi les interventions que l’Italie finance en Tunisie, les programmes de soutien et de promotion de l’entrepreneuriat ont acquis une importance croissante ces dernières années et se sont imposés comme une alternative valable au problème du chômage, en particulier chez les jeunes et dans les zones les plus marginalisées. Mobi-TRE est un projet innovant pour la Coopération italienne, car pour la première fois il implique la diaspora tunisienne résidente en Italie dans l’investissement dans leur pays d’origine, favorisant ainsi leur participation active aux actions de développement, loin des modèles classiques de soutien basés sur les dons. Nous nous réjouissons de voir la diaspora tunisienne en Italie devenir un acteur clé du développement socio-économique et un promoteur du savoir-faire tunisien », déclare M. l’Ambassadeur d’Italie, Fabrizio Saggio.

Des résultats tangibles atteints dans le cadre de ce projet incluent, entre autres : l’organisation de 4 Forums sur l’investissement et l’engagement de la diaspora à Médenine, Le Kef, Jendouba et Tataouine ; la réalisation de webinaires de mobilisation de la diaspora en faveur de l’investissement en Tunisie et de formations mixtes pour les entrepreneur.e.s et les investisseur.se.s TRI ;  l’organisation de sessions de formation en levée de fonds ; l’élaboration et la divulgation du Guide de l’Investissement pour les Tunisiens Résidant à l’Etranger en langue français-arabe; l’accompagnement des porteurs de projets à travers un coaching one-to-one et des cycles de formation en Webmarketing pour un total de 58 projets entrepreneuriaux appuyés dans les 4 régions, incluant 40% de femmes entrepreneuses et 60% d’hommes entrepreneurs. Le projet a soutenu la création et le maintien d’au moins 248 emplois directs et indirects et enregistré une forte implication des Tunisiens Résidents en Italie (TRI), dont l’apport d’investissement s’est élevé à environ 1 790 000 TND équivalent à 558 000 EUR.

Le rôle des membres de la diaspora en tant que levier de développement et de croissance économiques n’est plus à démontrer. Outre les transferts de compétences, de connaissances et de savoir-faire, elles constituent une source importante d’investissement et d’encouragement à l’entrepreneuriat et de création de l’emploi notamment pour les jeunes.” souligne Monsieur Azzouz Samri, Chef de mission de l’OIM Tunisie.

Le projet Mobi-TRE est une initiative pilote de l’OIM en matière d’engagement de la diaspora pour le développement en Tunisie, qui à présent se voit consolidé de 4 ans d’expérience en coopération transnationale, gouvernementale et locale en partenariat avec les institutions publiques et privées en Tunisie et en Italie, pouvant compter sur une diaspora tunisienne dont le nombre ne cesse d’accroitre – près de 14,7% de la population totale, soit 1,731,619 selon le dernier recensement (OTE, 2021). Fort d’un impact tangible et mesuré sur le plan économique et socioculturel au niveau des régions cibles de développement prioritaire, les résultats clés de l’intervention seront présentés durant cet événement de clôture du projet qui a joué un rôle significatif dans l’incitation à l’investissement notamment à travers les transferts de capitaux sociaux, humains, culturels et financiers.

Pour plus d’information, contactez :
M. Boubaker BOURICHA : bbouricha@iom.int ou au +216 29 686 462
Mme. Martina PALAZZO : martina.palazzo@aics.gov.it ; comunicazione.tunisi@aics.gov.it ou au +216 71 893 144

>> Téléchargez le communiqué de presse

La question du genre dans les actions de la Coopération italienne en Tunisie, Libye, Maroc et Algérie

Partant du principe que l’égalité des sexes est une condition préalable au développement durable d’une société fondée sur la justice sociale et la reconnaissance des droits de l’homme, le siège régional de l’AICS à Tunis finance des initiatives qui intègrent la question du genre de manière transversale et selon une approche d’inclusion et d’autonomisation des femmes et des filles à plusieurs niveaux.

En Tunisie, où l’émancipation des femmes est un élément constant de la politique de développement socio-économique depuis les années d’indépendance, l’AICS finance des initiatives qui stimulent la redéfinition d’un contexte social dans lequel la condition des femmes s’est améliorée au niveau économique, par un accompagnement technique et financier pour le lancement ou la valorisation de projets entrepreneuriaux, mais aussi au niveau social et politique grâce à la promotion des droits des femmes, même si la législation tunisienne – l’une des plus avant-gardistes du monde arabe et au-delà – en fait largement état.
De manière générale, en totale conformité avec l’évolution de la condition féminine et les conquêtes juridiques des dernières décennies, grâce aux lignes de crédit italiennes et aux projets confiés à des OSC italiennes ou à des agences du système des Nations Unies, l’AICS intervient pour contribuer à l’autonomisation des femmes en leur fournissant une formation et des outils financiers et techniques pour en faire des entrepreneuses plus autonomes, conscientes, structurées et compétitives. La volonté, ces dernières années, d’investir également dans les micro-entreprises, les start-ups et dans l’économie sociale et solidaire a souligné le rôle de l’AICS en tant que promoteur de l’inclusion socio-économique des jeunes et des femmes, souvent issus des zones les plus défavorisées de la Tunisie. En outre, dans le cadre du processus de démocratisation, l’Agence soutient le PNUD pour faciliter l’enregistrement des femmes rurales afin d’obtenir un document d’identité nécessaire à l’exercice de leur droit de vote.

En Libye, l’intervention de la Coopération italienne suit les indications du Document de planification et de pilotage triennal (DTPI) 2021 – 2023 concernant l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes, l’accès aux services essentiels pour les populations civiles dans les situations de conflit et de post-conflit (avec une référence particulière aux femmes, aux filles et aux mineurs), et l’inclusion des personnes en situation de handicap et des questions de genre, y compris la lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre, dans l’aide humanitaire. Plus précisément, des programmes ont été financés pour aider les femmes à accéder aux services essentiels de santé maternelle et infantile et aux services multisectoriels de lutte contre la violence basée sur le genre, même dans les régions les plus reculées du pays. Parmi les résultats significatifs, on peut citer la mise en place, par l’UNFPA, d’un numéro vert ainsi que la réhabilitation d’un espace multifonctionnel pour les femmes et les filles victimes de violences et d’abus (women and girls safe space) où, grâce à des fonds italiens et à la collaboration entre WWGVC et l’association locale “Tamzawa”, des activités de formation sur l’aide psychosociale, le bien-être mental et la prévention des violences basées sur le genre ont été lancées.

Au Maroc, où le taux d’emploi des femmes en milieu rural est de 71%, la Coopération italienne contribue à l’inclusion socio-économique des femmes et à la scolarisation des filles. Elle intervient dans des projets hydrauliques et économiques ayant de fortes répercussions sur le tissu social en vue d’atteindre l’égalité des sexes. La création de sources d’eau et la fourniture de services d’assainissement dans les écoles des zones rurales encouragent les filles à s’inscrire et à fréquenter l’école, les libérant ainsi de la tâche quotidienne d’aller chercher de l’eau pour l’usage domestique et leur permettant de se sentir protégées dans un environnement salubre. Au niveau économique, la Coopération italienne offre une assistance financière à des associations de microcrédit opérant sur l’ensemble du territoire marocain. Ces ressources sont ensuite confiées à des micro-entreprises, principalement dirigées par des femmes, qui alimentent la dynamique de l’offre et de la demande dans le pays.

En Algérie, pays d’accueil des réfugiés sahraouis, victimes d’une des plus longues crises humanitaires, la Coopération italienne contribue à garantir une vie digne à ce peuple, y compris aux femmes et aux mineurs. Depuis des années, l’Italie finance les programmes des Nations Unies mis en œuvre dans les camps de réfugiés pour garantir la sécurité alimentaire, l’accès aux services de santé et une éducation de qualité, en soutenant les femmes enceintes et allaitantes ainsi que les enseignants à travers des aides en espèces.
Grâce à ces interventions, des espaces ludiques et éducatifs capables d’accueillir les mères et les enfants (espaces amis des enfants) ont été créés, les programmes scolaires ont été révisés et renforcés, des subventions ont été offertes pour lutter contre la pauvreté et stimuler l’autonomisation, en particulier des femmes, et une alimentation hautement nutritionnelle a été fournie pour assurer le plein développement psychophysique de la population infantile.

INAUGURATION DU NOUVEAU SIÈGE DE L’AICS TUNIS. L’engagement continu et croissant de la Coopération italienne en Tunisie, Libye, Maroc et Algérie.

[Communiqué de presse]

 

Tunis, 12 mai 2023

Le nouveau siège de l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement (AICS) à Tunis, responsable de quatre pays de la région du Maghreb – Tunisie, Libye, Maroc et Algérie – a été inauguré hier en fin d’après-midi. En présence de l’Ambassadeur d’Italie, Fabrizio Saggio, du Directeur adjoint de l’Agence, Leonardo Carmenati, et des principaux partenaires institutionnels et exécutifs, le Directeur du Siège, Andrea Senatori, a accueilli les invités à un événement dédié aux talents et à la jeunesse tunisienne.

Avec un portefeuille actuel de près de 60 initiatives pour un montant total de 683,5 millions d’euros, la Coopération italienne est présente au Maghreb depuis des décennies dans le but de soutenir la transition vers des modèles de développement durable, de répondre aux crises locales et globales, et de contribuer à la protection des droits de l’homme et aux processus de démocratisation afin de garantir la stabilité et la paix dans toute la région.

“La Tunisie accueille l’un des sièges les plus importants de l’Agence italienne pour la coopération au développement, car elle intervient dans une région prioritaire pour l’Italie. Entre les deux rives de la Méditerranée, il y a une mer qui, au-delà des unes des journaux, est un pont vertueux pour l’échange de connaissances, de biens et de potentiel humain”, a déclaré le directeur adjoint de l’AICS, Leonardo Carmenati.

Réitéré à plusieurs reprises lors des récentes visites politiques, la Tunisie reste une priorité pour l’Italie et catalyse la plupart des ressources financières de l’AICS Tunis.

“Aujourd’hui, l’Italie est le premier partenaire commercial de la Tunisie et l’un des principaux donateurs en matière de la coopération au développement. Notre engagement aux côtés du Gouvernement tunisien est renforcé par des années de dialogue transparent et de collaboration continue qui nous permettent d’atteindre des objectifs communs et des résultats concrets. Je pense, par exemple, aux 14 000 emplois créés et consolidés grâce aux neuf lignes de crédit au profit des entreprises tunisiennes, aux plus de 2 000 hectares sauvés de l’avancée du désert à Rjim Maatoug et consacrés à la culture des palmiers dattiers, aux écoles construites et aux structures sanitaires réhabilitées”, a déclaré l’Ambassadeur d’Italie à Tunis, Fabrizio Saggio.

Charnière entre l’Europe et l’Afrique, la Tunisie est le pays où la Coopération italienne intervient actuellement pour créer les premiers bio-territoires sur le continent africain, offrir une formation professionnelle de qualité aux jeunes, renforcer le Made in Tunisia et valoriser le patrimoine immatériel, et promouvoir des systèmes de production locaux et durables. En complément aux fonds italiens, en réponse à la crise alimentaire provoquée par la guerre russo-ukrainienne et dans une perspective à long terme, l’AICS met en œuvre un programme financé par l’UE pour soutenir le secteur céréalier tunisien.

De plus en plus en ligne avec le nexus aide humanitaire-développement-paix, la Coopération italienne travaille en Libye pour contribuer à la stabilisation et à la reconstruction du pays, en investissant dans des secteurs clés – santé, protection, eau et assainissement, agriculture – afin d’améliorer les conditions de vie de la population libyenne et migrante. Dans d’autres contextes, comme au Maroc, les interventions réalisées grâce aux fonds italiens visent à soutenir le micro-entreprenariat, à fournir de l’eau potable dans les zones rurales, à protéger et valoriser le patrimoine archéologique et à promouvoir l’inclusion sociale des personnes à besoins spécifiques. En Algérie, l’AICS poursuit le dialogue avec les Ministères pour mettre en œuvre des projets dans les domaines de la jeunesse et des sports, du tourisme et de l’artisanat, de l’environnement, de la santé et de l’éducation, ainsi que le soutien à des initiatives pour assurer la sécurité alimentaire, une éducation de qualité et l’accès aux services de santé pour la population sahraouie.

“Tout cela ne serait pas possible sans le partenariat solide que nous avons construit au fil des années avec les institutions locales, la société civile, le système des Nations unies, le secteur privé et le monde universitaire. Ensemble, nous coopérons et co-créons des actions pour un monde plus équitable, où chaque personne peut avoir l’opportunité de développer son potentiel, d’accéder aux ressources et services communs, de voir ses droits respectés”, a conclu le directeur de l’AICS Tunis, Andrea Senatori, dans son discours de bienvenue.

L’événement a été l’occasion d’accueillir les principaux partenaires de l’AICS Tunis dans le nouveau siège, mais aussi de donner un espace aux jeunes, l’une des catégories prioritaires des actions de la Coopération italienne, en exprimant leurs talents et leur créativité dans des spectacles artistiques en direct.

[Lien de la vidéo du nouveau siège de l’AICS Tunis, réalisée en collaboration avec les associations Brotherhood et Vortex]

 

>> Téléchargez le communiqué de presse en pdf ici.

Le Ministère italien des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale et la Banque Mondiale signent un accord de financement de 1 million d’euros en faveur du programme de réformes en Tunisie.

[Communiqué de Presse]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TUNIS, le 1 juin 2023 – Aujourd’hui, le Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale de la République Italienne et la Banque Mondiale ont conclu un accord de financement d’un montant de 1 million d’euros dans le but de soutenir le fonds fiduciaire ” Tunisia Economic Resilience and Inclusion Umbrella Fund” (TERI), mis en œuvre par la Banque Mondiale pour soutenir le programme des réformes et renforcer la capacité de la Tunisie à répondre aux défis économiques et sociaux actuels.

La cérémonie de signature s’est déroulée à la Résidence d’Italie en présence de Son Excellence Mr. Fabrizio Saggio, Ambassadeur d’Italie à Tunis, Mr. Alexandre Arrobbio, Représentant Résident de la Banque Mondiale en Tunisie, Mr. Andrea Senatori, Directeur du Bureau Régional de l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement (AICS) à Tunis,  et Mme. Zouhour Karray, Programme Manager au bureau de la Banque Mondiale à Tunis.

Dans le cadre du fonds TERI, la contribution italienne vise à renforcer l’Unité de Mise en Œuvre (Delivery Unit) à la Présidence du Gouvernement ayant pour objectif de faciliter la coordination et d’accélérer la réalisation des reformes identifiées comme étant d’une importance primordiale et immédiate par le Gouvernement tunisien.

« La signature de cet accord constitue, encore une fois, le témoignage du soutien à 360 degrés assuré par le Gouvernement italien à la Tunisie et s’ajoute aux plus de 700 millions d’euros de projets en cours et programmés de la Coopération italienne dans le Pays. Dans le cadre d’une approche globale, l’accord d’aujourd’hui réaffirme ainsi l’engagement de l’Italie à soutenir le processus de mise en œuvre de réformes prioritaires dans le plein respect de la volonté des Institutions tunisiennes » a affirmé l’Ambassadeur Saggio.

« La Banque Mondiale est heureuse de coopérer avec le Gouvernement de la République d’Italie pour le financement des activités de la Delivery Unit en Tunisie. » a déclaré pour sa part Mr. Alexandre Arrobbio, représentant résident de la Banque Mondiale en Tunisie. « Ce projet nous permettra d’accélérer la mise en œuvre des actions prioritaires identifiées par le Gouvernement Tunisien, et ainsi d’améliorer les services publics pour les citoyens et les entreprises. Nous sommes engagés à continuer notre collaboration avec nos partenaires Italiens pour soutenir les réformes et promouvoir le développement en Tunisie.”

« Grâce à cet accord, la Coopération italienne, par le biais de l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement, fera partie d’un instrument multipartenaires qui permettra de relever collectivement les défis du développement local équitable et durable, de promouvoir des synergies positives entre les différents acteurs du développement et de réduire la fragmentation de l’aide », a affirmé Andrea Senatori, Directeur de l’AICS Tunis, en marge de la cérémonie de signature.

Le Gouvernement italien et la Banque Mondiale continueront à travailler ensemble pour renforcer les capacités de l’administration tunisienne, améliorer les services publics et promouvoir une croissance économique durable dans le pays.

>> Téléchargez le communiqué de presse en pdf ici.

Jusqu’au 15 mars candidatures ouvertes pour les bourses destinées aux jeunes tunisiens

Dans le cadre du projet “Partenariat pour la connaissance”, financé par la Coopération italienne, jusqu’à 19 bourses seront mises à disposition pour les jeunes tunisiens/tunisiennes, qui travaillent (entrepreneurs dans le domaine social et jeune leader) ou font partie des structures gouvernementales de haut niveau (universités, ministères, agences et organismes de recherche).

Les premières bourses mises à disposition seront disponibles jusqu’au 15 mars et seront adressées pour des maîtrise dans les domaines de l’énergie durable, environnement et innovation industrielle. Le programme couvre intégralement les frais de séjour en Italie: frais de voyage, de nourriture et de logement, d’assurance, de visa, de permis de séjour et les frais d’université.

Pour plus d’informations et pour procéder à l’application visitez le site web: https://www.aics.gov.it/home-eng/fields/human-development/pfk/p3/

Pour voir la brochure explicative cliquez ICI

Jusqu’au 20 mai bourses d’études pour doctorat disponibles pour les jeunes tunisiens

Description du Programme

 Le Programme intitulé « Partenariat pour la connaissance » pour la période 2019 – 2022, financé par le siège central de l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement (AICS) avec un montant de 4 millions d’euro et mis en œuvre par plusieurs Universités italiennes, est destiné aux pays prioritaires pour la Coopération italienne, parmi lesquels la Tunisie détient une place importante.

L’initiative, d’une durée de trois ans, se présente comme une phase pilote d’un programme structurel de la Coopération italienne consacré à la haute formation en Italie, adressé principalement aux jeunes fonctionnaires et techniciens de l’administration publique, chercheurs, entrepreneurs sociaux et jeunes leaders des pays partenaires identifiés.

Parmi les 99 bourses d’étude pour poursuivre des programmes de maîtrise et/ou master et de doctorat de recherche auprès de différentes Universités italiennes, 25 bourses (19 pour master et 6 de doctorat de recherche) dans le domaine « Energie durable, environnement et innovation industrielle » sont réservées aux candidats de la Tunisie, du Kenya et du Mozambique.

Candidats éligibles

Les candidats éligibles à la formation seront les jeunes fonctionnaires et techniciens de l’administration publique, chercheurs entrepreneurs sociaux et jeunes leaders des pays prioritaires de la Coopération italienne, déjà en possession d’une qualification valable pour l’inscription dans le programme de master ou de doctorat pour lequel la bourse est attribuée.

Les candidats devraient par conséquent :

  1. être citoyens d’un pays partenaire éligible et résider dans le pays d’origine ;
  2. être titulaire d’un baccalauréat pour pouvoir postuler à un programme de maîtrise; être titulaire d’une maîtrise en sciences pour pouvoir postuler à un programme de doctorat;
  3. avoir une expérience professionnelle de deux ans dans le domaine du cours sélectionné (recommandé);
  4. satisfaire les exigences linguistiques : l’anglais sera la langue d’enseignement de tous les programmes académiques prévus.

Présentation des candidatures pour les bourses de doctorat

L’appel à candidature pour les pour les programmes de doctorat est maintenant ouvert. Les demandes de bourses doivent être soumises au plus tard le 20 mai 2019 à 14h00 (heure italienne).

Les demandes soumises après la date limite ne seront pas prises en compte.

Les candidats doivent suivre 2 étapes pour postuler pour le programme :

  • Étape 1 – Explorer l’offre académique (la liste complète est disponible sur le site web indiqué en bas de page), choisir le programme de doctorat le plus approprié et soumettre les candidatures à applications@aics.gov.it . Les documents requis sont :
  1. CV
  2. Scan de passeport
  3. Relevé de notes universitaire
  4. Certificat de langue (niveau anglais B2 minimum)
  5. Projet de recherche
  6. Autorisation de l’employeur d’inscription au doctorat
  7. Deux lettres de référence (facultatif)

Les demandes incomplètes seront rejetées. Les candidats peuvent postuler exclusivement à un programme de doctorat.

  • Étape 2 – Informer l’AICS de sa candidature en remplissant le formulaire de notification AICS figurant sur la page de la plateforme sélectionnée. Les demandes soumises à applications@aics.gov.it qui ne sont pas appariées par le formulaire de notification AICS ne seront pas prises en compte.

Pour plus d’informations, veuillez consulter la page web : https://www.aics.gov.it/home-eng/fields/human-development/pfk/ .

Perspectives de développement économique durable et l’appui de la Coopération italienne en Tunisie

Dans le cadre de la quatrième édition du Festival du développement durable, organisé par l’Alliance italienne pour le développement durable (ASviS) en partenariat avec le Ministère italien des Affaires Etrangères, l’Ambassade d’Italie et l’Agence italienne pour la Coopération au Développement (AICS) à travers son siège de Tunis organise un événement dédié au thème du développement économique durable et à la contribution que la Coopération italienne au développement pourra apporter à la Tunisie dans les années à venir.

Téléchargez le programme

L’événement aura lieu le mardi 6 octobre, de 10h00 (11h00 heure italienne) à 11h30, et sera diffusé en direct sur la page Facebook de l’AICS de Tunis. La réunion sera l’occasion pour les représentants des institutions tunisiennes, de l’Union européenne, de la Banque Mondiale, du PNUD et des représentants de la société civile, de discuter des leçons apprises et des perspectives de développement durable dans le pays.

La Révolution de la dignité a apporté démocratie et liberté en Tunisie sans pour autant pouvoir répondre de manière adéquate aux attentes de croissance économique et de développement de la population, désormais exacerbées par la grave crise économique que traverse le pays. Les nombreux défis existants, aggravés par l’urgence du COVID 19, rendent de plus en plus urgente la nécessité de renouveler le soutien de la communauté internationale, pour définir de nouvelles stratégies et encourager une croissance inclusive et durable.

Comment participer: L’événement est public et accessible en ligne via la page Facebook de l’AICS à Tunis de 10h00 à 11h30 (soit de 11h00 à 12h30 heure italienne):

https://www.facebook.com/AICS-Tunisi-Agenzia-Italiana-per-la-Cooperazione-allo-Sviluppo-di-Tunisi-370914730429891

Andrea Senatori est le nouveau directeur du bureau régional AICS Tunis

Chers et chères ami.e.s,

Je prends aujourd’hui mes fonctions de chef du bureau régional de l’Agence italienne de coopération au développement (AICS) à Tunis. Un poste qui m’honore et qui me ramène sur le terrain après une pause de quatre ans passés comme coordinateur du bureau “Urgences et États fragiles” auprès du siège à Rome.

A me passer le flambeau est mon ami et collègue Flavio Lovisolo, un des visages historiques de la Coopération italienne, avec qui j’ai eu le privilège de travailler côte à côte et à qui je renouvelle ma sincère admiration.

Je suis également heureux d’annoncer que, avec moi, Annamaria Meligrana, avec qui j’ai partagé l’expérience du bureau de l’AICS à Rome en matière d’aide humanitaire et de fragilité, prendra ses fonctions en tant que cheffe adjointe du bureau. Annamaria, arabisante d’origine, est une professionnelle estimée dans le domaine de de la coopération internationale, avec près de 20 ans d’expérience dans la région de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, qui a mûri dans la conviction qu’il ne peut y avoir de développement durable sans paix.

À partir d’aujourd’hui et au cours des prochaines années de mon mandat, je vise à donner une continuité au travail accompli jusqu’à présent dans ce bureau, en suivant les principes de solidarité et d’action humanitaire qui sont la base d’un monde plus équitable, où chacun.e peut avoir la possibilité de développer son potentiel, d’accéder aux ressources communes et aux services de base, de voir ses droits respectés. Je sais que je peux compter sur une equipe passionnée, dont les compétences et les connaissances contextuelles résultent d’une présence consolidée sur le terrain. Ensemble, nous continuerons à répondre aux besoins des communautés locales à travers des actions concrètes visant à améliorer leurs conditions de vie et à renforcer leurs possibilités de croissance. Nous continuerons à relever les défis mondiaux de l’Agenda 2030, en nous alignant aux efforts des autres acteurs internationaux dans les domaines de la mobilité humaine, de la sécurité alimentaire, de la protection, de la santé et de l’éducation en tant que biens essentiels, de la transition écologique et du renforcement de la démocratie et de la paix.

L’époque dans laquelle nous vivons et les nouveaux défis auxquels nous sommes confrontés exigent une efficacité accrue dans notre travail, mais aussi un dialogue, une inclusion et une collaboration dans le modus operandi. La pandémie COVID-19 nous a pris au dépourvu, presque perdu.e.s au milieu des chiffres qui, jour après jour, décrivaient un paysage de plus en plus dramatique. Pourtant, nous avons réagi, réajusté nos plans d’action et réorganisé nos priorités. Nous avons réalisé à quel point les pays sont étroitement interconnectés, comment les frontières sociales se sont étendues au-delà des frontières géographiques et comment les gens sont responsables, ici et maintenant, de l’avenir des générations futures.

Il sera de mon devoir de renforcer le dialogue avec la société civile, avec le monde du profit et le monde universitaire, avec les partenaires institutionnels et internationaux, conscient qu’un dialogue structuré signifie s’impliquer, analyser sous des angles différents et saisir plus rapidement les signes de crise pour agir efficacement et rapidement.

J’espère que vous continuerez à nous suivre et à nous soutenir dans votre intérêt.

Andrea Senatori

« MON PAYS, MON AVENIR » : signé un nouvel accord de projet entre l’Italie et l’OIM

[COMMUNIQUÉ DE PRESSE]

Tunis, le 15 octobre 2021

Le 15 octobre 2021, S.E. Lorenzo Fanara, Ambassadeur d’Italie en Tunisie, M. Andrea Senatori, Directeur du Siège Régional de l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement (AICS) à Tunis et M. Azzouz Samri, Chef de mission de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) en Tunisie, ont signé un accord officialisant la mise en œuvre d’un projet intitulé « Mon Pays, Mon Avenir », financé par l’AICS pour un montant de 500.000 € et mise en œuvre par l’OIM.

L’objectif principal de l’initiative est de soutenir la jeunesse tunisienne dans le développement de projets professionnels alternatifs à la migration irrégulière, ainsi que de renforcer les services offerts par les acteurs locaux aux jeunes, dans le but d’augmenter les chances d’accéder au marché du travail.

Au cours de la dernière année, une hausse sensible du nombre de migrants, en provenance de la Tunisie, ayant atteint les côtes italiennes de manière irrégulière, a été enregistrée. En outre, au cours de la période comprise entre juillet et août 2021, un nombre important d’enfants était parmi les migrants tunisiens arrivés en Italie, en nette hausse par rapport à la même période de l’année précédente. Dans ce contexte, agir pour soutenir les jeunes afin que la migration puisse être un véritable choix et puisse se faire par des voies régulières apparait urgent.

Pour répondre à cette réalité, le projet se propose de soutenir 40 jeunes dans 4 délégations pilotes en Tunisie pour renforcer leur confiance dans leurs capacités et les aider à concevoir des projets personnels novateurs et stimulants, qui peuvent représenter des alternatives crédibles et durables à la migration irrégulière. Des activités visant à dynamiser la vie des quartiers cibles d’un point de vue culturel et économique seront aussi mise en œuvre.

Le projet mobilisera et renforcera également les capacités des acteurs locaux pour guider et former les jeunes dans les délégations cibles afin de pérenniser l’impact de l’intervention après la fin du projet.

 

CONTACTS :

AICS Tunis

Martina Palazzo, Chargée de Communication
E-mail : martina.palazzo@aics.gov.it; comunicazione.tunisi@aics.gov.it
Tél : +216 71 893 321 / 144
www.tunisi.aics.gov.it

OIM Tunisie

Riadh Kadhi, Chargé de Communication /équipe protection
E-mail : rkadhi@IOM.int
Tél : +216 28 787 805
www.tunisia.iom.int

 

Téléchargez le communiqué de presse en PDF

AICS Tunis avec les enfants pour promouvoir l’hygiène dans les écoles

Tunis - À l'occasion de la 10e Journée mondiale du lavage des mains, le ministère de l'Éducation et le ministère de la Santé ont lancé, en partenariat avec l'UNICEF et avec le soutien financier de l'Agence italienne de coopération pour le développement (AICS), un programme pour promouvoir le lavage des mains entre les enfants et les adolescents dans les écoles primaires.

Ce programme fait partie de la stratégie nationale de promotion du lavage des mains dans le cadre du Plan d'action quinquennal 2016-2020, élaboré par le ministère de la Santé en collaboration avec des ministères, des départements et des organisations concernés, avec le but de contribuer à la protection de la santé de la population.

Le programme participatif de lavage des mains par le biais d'activités de loisirs (jeux, sports, arts plastiques, etc.) pour les enfants a pour objectif de promouvoir un changement de comportement et de favoriser une vie saine pour les enfants, leurs familles et leurs communautés d'appartenance.

L’événement centrale de ce programme a été la cérémonie de lavage des mains, organisée le 15 novembre à l’école Ezzahra Jdaida, dans la région de Manouba, à laquelle ont participé le ministre tunisien de l’éducation, l’Ambassadeur de l’Italie à Tunis. le représentant de l'Agence italienne pour la coopération au développement à Tunis et le représentant de l'UNICEF Tunisie.

Le ministre de l'Education, Hatem Ben Salem, a souligné devant son gouvernement que "son ministère donne une grande importance à l'amélioration de l'environnement scolaire afin de promouvoir l'apprentissage tout en garantissant la santé et le bien-être des enfants." ». Le ministre a également rappelé que "plus de 1 000 écoles dans les zones rurales n'ont toujours pas accès à l'eau potable, à l'assainissement et à une hygiène de qualité. Le lancement d’aujourd’hui se poursuivra dans de nombreuses écoles tout au long de l’année scolaire ", at-il conclu.

Le lavage des mains est en fait une pratique hygiénique susceptible d'empêcher la transmission de maladies, mais il n'est pas encore répandu dans la vie quotidienne des enfants tunisiens. C'est précisément pour cette raison que les agents de santé travaillant dans les écoles et ailleurs redoublent d'efforts pour inculquer cette pratique, en particulier aux enfants.

Pour sa part, l'Ambassadeur d'Italie à Tunis, Lorenzo Fanara, qui a participé au lavement des mains avec les écoliers, a souligné que le soutien de la coopération italienne s'inscrivait dans une stratégie plus vaste poursuivie par l'Italie en Tunisie. qui vise à soutenir les efforts du ministère de l'Éducation local pour améliorer la qualité des services scolaires en Tunisie. En ce sens, cette initiative sera complétée par des interventions similaires dans de nombreuses écoles afin d’assurer un environnement scolaire agréable aux enfants et respectueux des normes d’hygiène et de santé.

Cette initiative fait en fait partie d'un programme plus vaste, lancé en octobre 2016 et mis en œuvre, qui a reçu 2,36 millions d'euros de la coopération italienne.

Click to open a larger map